Auberge de jeunesse

Comment choisir une auberge de jeunesse ?

Les auberges de jeunesse se traînent depuis des années une sorte d’à priori immonde sur la saleté, la crasse, le bruit, etc. et d’autres inconvénients qui très souvent freinent les voyageurs à choisir ce type d’hôtel.
Et pourtant, quand on voyage seul(e), l’auberge de jeunesse est l’un des meilleurs endroits pour rencontrer et sympathiser avec du monde. Car voyager sans échanger avec d’autres voyageurs, ça n’est pas vraiment voyager !

Bien sur, il y a des bonnes et des mauvaises auberges de jeunesse, la mauvaise sera toujours la plus sale qui parfois est infestée de bed bugs : les puces de lit qui vous dévorent pendant votre sommeil. C’est bien le type d’auberge que l’on va chercher à éviter lors d’un voyage, histoire de ne pas avoir des démangeaisons pendant 3 semaines…

Voici quelques conseils pour sélectionner une auberge de jeunesse :
1 – Ne pas toujours faire confiance à votre guide
Quand je parle d’un guide, ce mot convient pour le guide papier type Routard ou Lonely Planet et pour votre gentil et sympathique guide/chauffeur, il risque de vous déposer dans une auberge qui lui reversera une petite commission en guise de remerciement.
Concernant les guides papier, il faut savoir qu’ils ne sont pas toujours mis à jour et parfois ils proposent des auberges de jeunesse qu’ils n’ont pas visité depuis des années et dont l’état des lieux a beaucoup changé. J’ai vu précisément ce cas à Kuala Lumpur, avec une auberge de jeunesse conseillée par le Lonely Planet mais en cherchant sur Internet, je me suis rendue compte que les commentaires faisaient état de bed bugs, cafards, etc.
D’ailleurs, Internet est un bon moyen pour connaître l’avis des voyageurs sur une auberge, même s’il est vrai que certaines auberges trichent en laissant des avis positifs, mais sachez qu’il est difficile de supprimer tous les avis négatifs. Alors n’hésitez pas à faire un saut sur le Web avant de choisir.
Le meilleur moyen est sans doute de demander à d’autres voyageurs qui vous aiguilleront vers de bonnes auberges ayant un bon rapport qualité/prix. Un voyageur n’encaissera pas de commission s’il vous aide, au contraire des locaux qui bien souvent touchent un petit bonus.

2 – Ne pas faire confiance au prix
Attention, l’auberge la moins chère n’est pas forcément la plus mauvaise, tout comme une auberge plus chère n’est pas toujours meilleure ! Au delà de la propreté, on va dire que ceci dépend de votre état d’esprit ! Si vous voulez être tranquille dans une auberge, mieux vaut éviter les auberges bruyantes possédant un bar ouvert toute la nuit ! Si au contraire, vous souhaitez faire un peu la fête, il vous faudra choisir une auberge possédant un bar/restaurant où vous pourrez discuter et boire un verre en compagnie d’autres voyageurs.
Personnellement, j’ai toujours éviter l’auberge la moins chère, on y rencontre un peu trop souvent de déconvenues. Entre les bed bugs, l’insalubrité, les douches et toilettes jamais nettoyés, parfois il vaut mieux payer quelques euros de plus et avoir un peu plus de confort. Tout comme, j’ai toujours opté pour une auberge avec un espace « convivial » pour discuter avec d’autres voyageurs et ainsi programmer de nouvelles balades à leur côté.

3 – Demander à voir la chambre/le dortoir avant de vous décider
Découvrir sa chambre ou son dortoir avant de signer pour une nuit et quelque chose de normal, n’hésitez pas à visiter les lieux avant de vous engager la nuit. Ça vous évitera quelques fâcheuses surprises.

4 – Les petits plus indispensables : Internet, Wifi, petit déjeuner, etc.
Une auberge qui ne possède pas Internet et aujourd’hui un peu à côté de la plaque ! Il est clair que si vous devez mettre à jour votre blog, communiquer avec vos amis et votre famille, une auberge qui propose un accès Wifi et/ou met à disposition des ordinateurs en libre service possèdera un atout non négligeable.
Attention, on croit souvent par erreur que l’accès Wifi ne se trouve pas forcément dans des pays où Internet est encore à l’état du 56k. Et pourtant, je vous assure qu’en Asie, tous les backpackers ont un accès Wifi ! Certes, le débit n’est pas toujours performant et on tombe parfois souvent, sur la clé 3G partagée en accès Wifi à 35 voyageurs, je vous laisse imaginer la lenteur du réseau.

Le petit déjeuner est la plupart du temps inclus dans votre nuitée. Sovuent il s’agit d’un café ou chocolat, avec quelques tranches de pain de mie accompagnées de confiture. Certes, ça n’est pas le petit déjeuner du siècle, mais au moins c’est mieux que rien… Parfois, vous pouvez vous reservir autant de fois que vous le voulez, ce qui est idéal pour tenir une grosse partie de la journée. Mais on tombe aussi sur des auberges où vous n’avez droit qu’à 2 toasts et basta ! C’est vrai, que faire un petit déjeuner avec 2 toasts, ce n’est pas un bon petit déj’.
Notez aussi l’heure jusqu’à laquelle vous pourrez prendre votre petit déjeuner. S’il faut se lever très tôt, vous vous rendrez compte qu’on ne le prend jamais ce petit déj’ car dans une auberge de jeunesse, on discute jusqu’à tard dans la nuit et on ne se lève pas à 6h du mat’ pour aller déjeuner. Pour moi, une bonne auberge doit au moins proposer son petit déj jusqu’à 10h, tout comme elle doit pouvoir vous offrir un petit café à 6h du matin avant votre vol.

Une bonne auberge doit avoir des casiers individuels fermés pour chaque voyageur afin que vous puissiez y ranger vos affaires. On va dire qu’on est un peu plus rassuré en se disant que ces affaires sont à l’abri dans un casier fermé à clé. Et franchement, ce casier doit être compris dans votre nuit. J’ai vu une auberge me demander un supplément pour le casier, pas vraiment logique quand même !

Un autre petit plus, la mise à disposition de machine à laver pour nettoyer votre linge. Quand on trouve ça en Asie, on est dans le must du must de l’auberge de jeunesse, ça ne court pas les rues. Mais c’est tellement agréable de laver son linge dans une machine et de le resortir tout propre avec une odeur qui rappelle la lessive de votre grand-mère. 😉

5 – Le checking/checkout
Une auberge qui vous demande de libérer la chambre à 8h risque de vous ennuyer… Surtout lorsqu’on réserve un bus à 10h en se disant qu’au moins, on va pouvoir dormir un peu plus longtemps : Et bien, non, raté, votre checkout est à 8h !! Rageant… Tout comme, si vous vous levez à 9h, en vous disant, qu’il vous est encore possible de relouer la chambre pour une nuit, il peut vous arriver de descendre et que l’hôtelier vous dise : « Trop tard, j’ai déjà loué votre chambre. » Voire même dans le cas inverse « Trop tard, vous n’avez pas fait le checkout à temps, vous devez payer une nuit de plus. »
J’exagère un peu mais j’ai déjà entendu des voyageurs raconter cela, notez qu’en général le checkout est à 11h.