Bien protéger son matériel numérique en voyage

Quiconque part en voyage tient absolument à revenir avec des souvenirs plein la tête et des souvenirs à faire partager aux personnes qui nous entourent.

Je suis personnellement partie en Asie-du-Sud-Est avec pas mal de matériel sur le dos. Pas trop non plus, mais suffisamment pour ne pas regretter d’avoir louper une photo ! Et je suis rentrée avec tout ce petit matériel en excellent état. Alors voici quelques conseils simples pour préserver votre matos !

Je suis partie avec mon bon vieux Nikon D50, l’ancienne génération de reflexs numériques, clairement il y a beaucoup mieux aujourd’hui mais au moment de partir, Nikon se refaisait une santé suite à la destruction de ses usines en Thaïlande par des inondations, il n’y avait plus la gamme que je souhaitais. Ce boitier n’est pas tropicalisé et pourtant je me dirigeais tout droit dans des pays où l’humidité est « reine ». Mais avec quelques bonnes astuces et un bon entretien du matériel, je n’ai rencontré aucun problème et pourtant je ne me suis pas privée de prendre de beaux clichés et cela même sous la pluie…

Sac CrumplerPremièrement, tout mon matériel numérique était protégé dans un bon sac à dos. J’avais un sac Crumpler accompagné d’une housse anti-pluie. Mon sac Crumpler est revenu entier mais bien abimé à cause des différentes conditions dans lesquelles je l’ai transporté. Il a vu autant de pluie, que de sable et de poussière…
Mon sac n’était pas assurément étanche à chaque fois, la pluie était parfois tellement forte que l’eau ne ruisselait plus sur le sac mais pénétrait à l’intérieur de celui-ci. Voilà pourquoi une housse anti pluie m’a bien aidé lorsque les jours de mousson étaient là. Si vous n’avez pas de housse anti pluie, il suffit d’avoir un bon sac poubelle.
J’avoue que parfois, et cela malgré la housse anti pluie, le sac était bien trempé et l’intérieur tout plein d’humidité. Du coup, tous de mes appareils numérique, et cela allait de l’appareil photo aux batteries en passant par les disques dur de sauvegarde et les cartes mémoires, étaient emballés dans des petits sacs plastique ou sacs de congélation. Une seconde protection à bas prix qu’on peut tous s’offrir ! En plus, c’est vraiment efficace, tout ce petit monde est à chaque fois resté au sec.
Mes objectifs n’étaient pas dans des étuis spéciaux, mais simplement dans des sacs plastiques de congélation et bien protéger dans le sac à dos. J’avais aussi avec moi, un MacBook Pro, indispensable pour travailler à distance, pas de housse spéciale, il était simplement dans le compartiment prévu à cet effet sur le sac Crumpler. Je faisais simplement attention au sens dans lequel je le rangeais. J’évitais que les différents ports (USB, firewire, etc.) soient exposés à la poussière.

Protéger son appareil photo

SilicaEn plus des sacs plastiques, j’avais ajouté plusieurs petits sac anti-humidité : les Silicas. Vous savez ces petits sacs blancs de billes qu’on trouve parfois dans les boites à chaussures. Ils absorbent l’humidité à l’intérieur du sac, là encore une solution facile pour se protéger un peu plus de l’humidité.

Pas besoin de vous dire qu’il faut éviter de mettre le sac qui contient ce matériel dans une soute… En Asie, la soute c’est plutôt pour les sacs de riz et croyez-moi, on y tasse tellement de chose que vous risqueriez de retrouver votre matériel en bouillie !!
Tout comme, essayez de toujours garder un oeil sur le sac, un vol est vite arrivé. Personnellement, lorsque j’étais toute seule dans un bus de locaux, par sécurité, j’ai toujours essayé de ne pas montrer la quantité de matos que je trimballais… Un peu de discrétion pour éviter d’attirer l’attention !

Grâce à tout ça, j’ai ramené tous mes appareils en état de marche et je crois que mon bon vieux Nikon D50 n’a pas fini de voir du pays… Il est en excellente forme !