Koh Kong Cascades

Koh Kong

Après Sihanoukville, nous devions nous rapprocher de la Thaïlande car la date de retour de ma maman en France approche. Ne voulant pas retourner directement à Bangkok, on a fait une halte à Koh Kong, une toute petite ville située à quelques kilomètres de la frontière entre la Thaïlande et le Cambodge.

Le Routard indique qu’il n’y a rien à y faire tandis que le Lonely Planet affirme qu’un éco tourisme est en plein développement et qu’il y a de jolies randonnées à faire entre la jungle, le bord de mer et les îles. Le Routard a tort et c’est encore une preuve de son manque cruel de mises à jour ! Je me demande de quand date réellement les textes datés de 2011 sur ce livre…
La ville est désormais accessible aux voyageurs car les différents bras du Mékong peuvent être traversés grâce à de nouveaux ponts. Il y a quelques années, il fallait descendre du bus pour monter sur une barge. Ce qui rallongeait énormément le voyage jusqu’à la frontière.

IMG_1741Koh Kong c’est tout petit et nous sommes arrivées avec la pluie ce qui nous a donné une impression bien triste de la bourgade. Mais le lendemain avec le soleil, elle paraissait déjà plus sympathique. On a réservé un petit trek dans les montagnes de Cardamome. Aucun regret, il était bien meilleur que celui de Chiang Mai.

Ce coup-ci, nous n’étions que 4 (nous plus un couple d’autraliens) accompagnés de 2 guides. On est partis en bateau et on a remonté le fleuve pendant une bonne heure. C’est tellement calme, la surface de l’eau était telle un lac et les reflets du ciel et des arbres sur l’eau étaient splendides.

Puis nous avons rejoint la jungle et marché pendant une bonne heure avant d’atteindre une superbe cascade. Les pluies des jours précédents avaient emporté les lianes qui permettent de passer sous la cascade. Aucun problème, les guides et l’australien ont joué aux Indiana Jones pour les rattacher. Du coup, on a pu traverser la rivière, se baigner en faisant attention de ne pas se faire emporter par le courant ! Même ma mère a tenté l’expérience, elle a qui a peur de mettre la tête sous l’eau. Elle s’est offert quelques gamelles sur le chemin du retour, faut dire que le chemin était tout juste visible.

SangsuesJe me suis fait de nouvelles amies, elles m’adorent : les sangsues ! Ces cochonneries sautent sur toi. On les a bien observé… Il suffit de regarder sur le sol, on les voit se dandiner, lorsque tu passes à côté, elles s’accrochent à ta godasse et remontent jusqu’à ta jambe pour sucer ton sang !!! Yum yum !! C’est une bestiole rapide… Ma mère qui croyait que c’était des vers noirs !! J’en ai chopé un paquet mais elles n’ont eu toute le temps de s’accrocher.
D’ailleurs, voici la petite astuce pour enlever une sangsue. Non, on ne tire pas comme un malade, ça ne sert à rien, elle s’accrochera 2 fois plus. Non, on ne la brûle pas avec un briquet, ça fonctionne mais vous risquez de vous bruler vous aussi. Il suffit de prendre un petit bâton et de remonter vers elle du bas vers le haut, elle va instantanément se décrocher. Bon comme elle n’est pas contente, faut être rapide parce qu’elle se raccroche aussitôt décrochée !
Le couple d’australiens avait une sorte de baume magique que tu passes sur tes chaussettes et ça répulse les sangsues. On l’a testé en temps réel en posant une sangsue sur une chaussette imprégnée, fallait la voir souffrir la pauvre sale bête.

Au retour, le guide est monté sur un cocotier pour ramasser quelques noix de coco qu’on a dégusté sur place. Ce fût une excellente journée et pas un de ces treks à touristes.