J’apprendrai à cuisiner thaï

Je voulais prendre un cours de cuisine au Vietnam, chose que je n’ai finalement pas pu faire. Et pour la peine, j’ai pris un cours de cuisine à Chiang Mai.

img_1395Choisir une école de cuisine n’est pas chose facile tellement il y en a sur Chiang Mai, il faut faire le tri entre les prospectus donnés par l’hôtel et les choix des guides touristiques ou les conseils des amis.
On a opté pour la Baan Thaï Cookery School, les infos du prospectus étaient sympas, c’était pas loin de l’hôtel et les retours sur Internet étaient bons. Et puis le design du prospectus sortait du lot 😉

Première chose, il faut réserver sa place car la demande est conséquente et si vous débarquez un matin pour cuisiner, vous risquez de ne pas pouvoir intégrer un cours. Une session culinaire d’une journée revient à 900 Baths soit 22 euros. Il existe aussi des cours à la demi journée pour 18 euros. On a choisi la journée complète !

Le cours dure à peu près 6h et il comprend 6 recettes de cuisine thaïes et la découverte d’un marché local pour découvrir et apprendre à sélectionner les produits.
Le marché est à quelques minutes de l’école de cuisine. On y est allés accompagnés de notre professeur, et on a eu droit à toutes les explications sur les produits locaux. Les cours de cuisine se font en comité (presque) restreint, nous étions 8 personnes, plus un autre groupe de 8 personnes mais ils n’étaient pas toujours avec nous.

Le choix des recettes se fait selon vos goûts, l’école propose 6 catégories de plats (apéritifs, curry thaï, viande/poisson cuisinée, dessert, soupe, etc.) dans celles-ci vous choisissez parmi 3 plats.
J’ai opté pour le poulet aux noix de cajou (spécial Tatave), les rouleaux de printemps/nems (spécial tata), la soupe épicée de crevettes, le panaeng curry au porc et en dessert le riz au lait de coco et mangue. Yum yum !!

Riz MangueFinalement rien de bien compliqué là-dedans, il faut juste savoir comment le préparer. C’est assez rapide à faire ce qui explique qu’on puisse vous en vendre du frais dans la rue. Ça prend quelques minutes par plat, hormis le riz au lait de coco et mangue qui nécessite un temps de repos plus long.

Mon seul regret, y avait une prof qui allait un peu trop vite… Et c’est difficile de tout retenir en si peu de temps, mais c’est pas grave, on a eu droit à un carnet de recettes.
Ah oui, y avait aussi la vieille de 60 balais qui veut tout faire, qui passe devant tout le monde, etc. L’élève chiante de la journée, il en faut toujours une (ou un).

Je crois que le plus dur sera de trouver certains des produits utilisés en France. Je suis pas sûre de pouvoir tout acheter dans l’hexagone. Il y a certaines épices donc je n’avais jamais entendu le nom. Mais paraît-il que dans les supermarchés asiatiques, on peut les trouver. Sinon c’est pas grave, on fera a vista de nas.

Vous voulez les recettes ?