Frontiere Koh kong

Retour en Thaïlande

Aaaaaah passer une frontière en Asie, c’est toujours un grand moment ! À croire que tous les requins se concentrent au bord des frontières… et pour passer Koh Kong – Hat Lek, il faut encore de la patience !

Ayant entendu de la bouche de M. T (le cambodgien avec qui on a fait le trek à Koh Kong) qu’il ne fallait pas prendre un bus direct du Cambodge à Bangkok (plus cher et j’ai déjà eu vent plusieurs fois de certains voyageurs qui alors qu’ils avaient payé un long trajet, se sont vus déposés à la frontière et obligés de payer un nouveau billet afin de poursuivre le voyage qu’ils avaient déjà payé), et puisqu’il m’avait affirmé qu’il y avait des bus à la frontière, on a pris un tuk-tuk pour rejoindre la frontière.
Jusque là pas de difficulté, le tuk-tuk nous a déposé devant la barrière. On a fait tamponner nos passeports, les flics prennent le temps de scanner les doigts à la sortie, je me demande s’ils ont seulement les moyens pour ensuite les traiter… Puis il faut demander le visa thaïlandais, pas de difficultés car il est gratuit et du coup, ils n’ont pas d’argent à nous raquetter… Ils ne sont pas très aimables mais j’ai rarement vu des gars sympathiques à la frontière !

Par contre, ensuite ce fût une belle merde !!! Direct, un thaï me saute dessus pour me vendre un ticket de mini bus. Je fais style, je l’ai pas vu, je sais que le mini bus c’est 2 fois le prix d’un bus normal. Alors on marche un peu plus loin, on demande plusieurs fois où sont les bus et tout le monde nous redirige vers ces mini bus ou refuse de nous aider. Du coup, j’envoie ma mère en éclaireur pour connaître les prix, sait-on jamais serait-ils honnêtes ?!
Elle revient avec un prix : 5000 bahts pour aller à Bangkok mais ils sont fous, le prix normal est multiplié par 7 !!! J’ai essayé de discuter avec le thaï, qui avec un grand sourire aux lèvres a fait mine de ne pas comprendre. Il devait penser qu’on allait céder et monter dans son mini bus en payant le prix fort, c’est mal connaître les maudits français !

Après d’âpres négociations, je convainc ma mère de marcher le long de la route… On arrive à un contrôle de police, j’explique la situation aux flics et ils nous proposent leur aide. Eux aussi me parlent des mini bus, lorsque je leur ai annoncé le prix, l’un d’eux m’a dit very very expensive !!

Du coup, ils arrêtent un songthaew, un bus local, c’est un pick-up aménagé pour faire de courts trajets et transporter des gens et des paquets. Et nous voilà parties pour le prochain village : Khlong Yai. À Khlong Yai, on monte dans un autre songthaew pour rejoindre la ville de Trat où il y a une vraie station de bus ! À Trat, on arrive juste avant le départ d’un bus pour Bangkok qui nous coûte 261 bahts !! Résultat des courses, au lieu de lâcher 5000 bahts à la frontière, on aura payé 720 bahts pour 2 !!! Tiiiiiiens sale thaï, escroc va !
Ils devraient le savoir que les maudits français sont prêts à marcher sous un soleil de plomb plutôt que de se faire entuber ! C’est souvent vrai, les locaux disent toujours que nous (les français) sommes toujours en train de négocier et que si ça ne nous convient pas, on s’en va voir ailleurs… Ils préfèrent les dociles américains ou russes qui payent sans réfléchir !!

Ah oui, j’ai oublié de dire que dans l’affaire ma mère a perdu son nouveau chapeau. Ça fait une semaine qu’elle voulait ce type de chapeau, elle en a trouvé un dans un petit magasin à la frontière et elle l’a oublié à côté du mini bus de l’escroc qui bien entendu a ensuite refusé de le lui rendre !!

On est finalement arrivées à Bangkok en fin de journée. Comme d’habitude, en descendant du bus, des « faux taxis » proposent leur service. Pas de taxi meter, un prix fixe qui revient bien plus cher que de prendre un vrai taxi meter. Aux stations de bus de Bangkok, il y a toujours un endroit où prendre un taxi meter, alors il suffit de demander pour éviter de se faire avoir. Et sinon après quelques escales à Bangkok, j’ai remarqué que les taxis qui ne nous ont jamais entubé sont jaune et vert.

On a choisi la Wendy Guesthouse qui se trouve à côté d’une station de sky train (National Stadium), ce qui est super pratique pour rejoindre l’aéroport. On vous la recommande, c’est certes plus cher si vous êtes seul, mais à 2 ça reste dans les prix de Bangkok. Les avantages, c’est clean, le personnel est extra et c’est silencieux ! On est loin du bordel Kao San Road.