Apocalyse Now

7 films pour découvrir le Vietnam

Découvrez le Vietnam avant même de le visiter grâce à une sélection de 7 films sur ce pays…
Avant chaque pays, j’essaye de ne pas arriver bredouille sur sa culture et son Histoire, et de savoir un minimum de chose sur l’endroit que je vais visiter. L’un des meilleurs moyens pour le faire est de faire une petite sélection de films (ou de livres) qui vont permettre de découvrir et de comprendre les lieux.

Pour le Vietnam, le choix se limite à quelques films et malheureusement pour la plupart, ils traitent du même sujet : la guerre du Vietnam. Il est évident que cette guerre a largement marqué les esprits. Elle a été revisitée des dizaines de fois dans des films américains, des très bons et des très mauvais.

Une fois, qu’on a regardé les films sur la guerre du Vietnam, on trouvera quelques films sur l’époque de la domination française. Et finalement, en cherchant longuement sur Internet, on découvrira le cinéma vietnamien qui n’est pas si ancien que ça mais qui possède déjà quelques pépites nationales.

L’époque de la guerre du Vietnam

Full Metal Jacket de Stanley Kubrick (1987)

Synopsis :
Pendant la guerre du Vietnam, la préparation et l’entrainement d’un groupe de jeunes marines, jusqu’au terrible baptême du feu et la sanglante offensive du Têt à Hue, en 1968.

On ne présente plus ce film de Kubrick, il est basé sur le roman intitulé Le Merdier (ou The Short Timers en anglais) de Gustav Hasford. Il relate la guerre du Vietnam, 20 ans après les faits, et apporte son lot de critiques sur le fonctionnement de l’armée américaine au moment des faits.

Voir Full Metal Jacket

Platoon d’Oliver Stone (1986)

Synopsis : Septembre 1967: Chris Taylor, dix-neuf ans, rejoint la compagnie Bravo du 25ème régiment d’infanterie, près de la frontière cambodgienne. Chris, issu d’une famille bourgeoise s’est engagé volontairement et, plein d’idéal entend bien servir son pays. Mais la réalité est tout autre et ses illusions vont tomber les unes après les autres. Il sera également témoin de la rivalité sanglante qui oppose deux officiers qu’il admire.

Un incontournable sur la guerre du Vietnam, il fait parti de la trilogie d’Oliver Stone avec Une nuit en enfer et Né un 4 juillet. C’est un must sur ce thème que j’ai vu une pléiade de fois ! Attention, c’est parfois assez hard… Voilà ce qu’en disait Oliver Stone : « J’ai eu l’idée de « Platoon » en décembre 1969 à mon retour du front. Mais personne ne voulut produire ce script « trop dur, trop noir et déprimant ».

Voir Platoon

Apocalypse Now Redux de Francis Ford Copolla (1979)

Synopsis :
Cloîtré dans une chambre d’hôtel de Saïgon, le jeune capitaine Willard, mal rasé et imbibé d’alcool, est sorti de sa prostration par une convocation de l’état-major américain. Le général Corman lui confie une mission qui doit rester secrète : éliminer le colonel Kurtz, un militaire aux méthodes quelques peu expéditives et qui sévit au-delà de la frontière cambodgienne.

Ce film est une adaptation libre du roman de Joseph Conrad, Au cœur des ténèbres (Heart of Darkness en anglais). C’est une légende cinématographique qu’il faut voir au moins une fois dans sa vie. Le film existe en 2 versions, la version originale de 1979 et la version appelée Apocalyse Now Redux redistribuée en 2001 dans laquelle certains passages du film ont été modifiés et/ou rajoutés. Je pense notamment à la scène de la plantation française qui avait été coupée au montage par Francis Ford Copolla. Il trouvait la scène complètement ratée…

Voir Apocalypse Now

L’époque de la domination française

Indochine de Régis Wargnier (1992)

Synopsis : Dans l’Indochine des années trente, Eliane Devries dirige avec son père Emile une plantation d’arbres à caoutchouc. Elle a adopté Camille, une princesse annamite orpheline. Toutes les deux ne vont pas tarder à tomber amoureuses de Jean-Baptiste, un jeune officier de la marine. Au même moment, sur fond de nationalisme ambiant, sont perpétrés les premiers attentats contre les Français…

Je l’avais vu étant plus jeune, je l’ai revu en étant sur place. Un film qui a assez mal vieilli mais qui par son prix du meilleur film étranger en 1993 vaut le détour. Disons que l’histoire à l’eau de rose, n’est pas la partie la plus intéressante du film, il faut s’intéresser à l’aspect historique qui montre la déchirure entre la France et l’Indochine, et donc la fin du colonialisme français et les débuts des guérillas communistes. On retrouve aussi plusieurs aspects traditionnels du Vietnam avec par exemple les principaux protagonistes qui se cachent au sein d’une troupe de théâtre réalisant des spectacles de marionnettes.

Voir Indochine

L’amant de Jean-Jacques Annaud (1992)

Synopsis:
Les amours d’une jeune fille de quinze ans et demi et d’un Chinois de trente-six ans à la fin des années 1920 en Indochine.

Vu par hasard à la télévision sur TV5 Monde, je n’ai pas vraiment accroché… L’histoire de L’amant se déroule à Saigon (devenue maintenant Hô-Chi-Minh-Ville) et raconte une histoire d’amour (encore une) entre une jeune vietnamienne et un chinois de plus de 10 ans son ainé. Malheureusement on ne voit que très peu de scènes se déroulant dans la ville, le films se déroule plutôt dans la chambre du don juan… Du coup, les passages montrant la culture vietnamienne sont moins fréquents que dans d’autres films.

Voir L’Amant

Le cinéma vietnamien

Il faut préciser que le gouvernement vietnamien contrôle le 7ème art et que des directives idéologiques imposées empêchent et restreignent les sujets et thèmes pouvant être abordés. Les réalisateurs locaux doivent suivre le fil politique imposé par le gouvernement sous peine de représailles. Les directives idéologiques du gouvernement ont pesé sur le 7ème art vietnamien, l’empêchant d’exploiter des thèmes différents que ceux imposé par la ligne politique.

Il existe donc 2 types de « cinémas » vietnamiens… Celui qui est réalisé avec l’aide des subventions de l’état vietnamien (qui se plient aux contraintes politiques) et celui qui est financé grâce aux aides étrangères. Plusieurs réalisateurs ont choisi l’expatriation afin d’obtenir une plus grande autonomie et des moyens financiers plus importants.

L’odeur de la papaye verte de Tran Anh Hung (1993)

Synopsis:
A travers l’histoire de Mui, petite paysante servante dans une famille de la ville, evocation d’une vie de femme traditionnelle vietnamienne.

Tran Anh Hung est le réalisateur vietnamien le plus connu (me semble-t-il). L’Odeur de la papaye verte a décroché la Caméra d’or au Festival de Cannes ainsi que le César de la Meilleure Première Œuvre de Fiction. Ce qui le place comme l’un des réalisateurs vietnamiens les plus reconnus.
L’Odeur de la papaye verte fait parti des films sur le Vietnam qui ont été tourné en dehors du Vietnam. Tran Anh Hung a en effet réalisé ce film en France afin de pouvoir le produire comme il le souhaitait et sans pression du gouvernement. Il s’agit d’une comédie dramatique se déroulant dans le Vietnam rural des années 50. L’histoire est celle d’une jeune enfant vietnamienne qui découvre les dures épreuves du travail et de la vie.

Voir L’odeur de la papaye verte

J’ai une petite liste de films supplémentaires sur le Vietnam à partir de laquelle je réaliserai un autre article. Il y en a certains qui sont toujours dans ma liste To-Watch, notamment quelques films sur la guerre du Vietnam mais cette fois-ci abordant le point de vue vietnamien… Ce qui me changera du point de vue américain.

Photo issue du film Apocalyse Now